L’organisation, amie ou ennemie ?

5 février 2019

« Vous n’avez pas besoin de voir tout l’escalier, empruntez juste la première marche. » Martin Luther King

Hey les Audacieux,

C’est en trifouillant et griffonnant sur mon bullet-journal que je me suis demandée… sommes-nous tous des psychorigides de l’organisation, ou c’est juste moi ? 

L’organisation: deux écoles.

En commençant à y réfléchir, j’ai dans un premier temps constaté que l’organisation, c’est souvent noir ou blanc. Quand je parle avec mes amis, il y a souvent deux écoles : les psychopathes de l’organisation, et ceux qui passent au travers. Mais j’ai rarement entendu des personnes dire: « je suis moyennement organisé ». Peut-être que les gens exagèrent, c’est aussi fort possible. 

L’organisation est toutefois un mot qui fait peur. C’est strict, c’est fort, et ça en devient presque une phobie pour certains. Quand j’en parle, on me regarde avec des grands yeux en agitant les mains: « Oh non, laisse tomber l’organisation ! ». Puis je constate que ces personnes « non organisées » n’avancent pas dans leurs projets.

Une seule question vient donc à l’esprit:

Pourquoi être organisée ?

Réponse évidente ! 

Organisation → productivité → avancement !

Il est généralement plus facile de se donner un cap, un cadre; car nous avançons mieux sous la contrainte. Et si ce mot est dur, c’est qu’il faut s’autodiscipliner. Il n’y a personne derrière vous pour regarder ce que vous faites. 

Ainsi, vous avez tous les rôles: celui d’inventeur, de créateur, de chef de projet; mais aussi, d’inspecteur des travaux finis ! Et tout cela se décline évidemment au féminin.

Les bonnes questions 

Le mieux est de commencer par la base… Je ne rappellerai pas la métaphore de la maison, avec ses fondations, etc.; car vous connaissez la musique.

Naturellement, on se demande :

⁃Qu’est-ce que je veux faire ?
⁃Par quoi dois-je commencer ?
⁃En combien de temps je peux le réaliser? (et à ce sujet, ne soyez pas trop exigeant.e: soyez réaliste avec vous-même) 
⁃Me faut-il des moyens financiers ?
⁃Ai-je les contacts nécessaires ? 
⁃De quoi ai-je besoin (moyens matériels et immatériels) ?
⁃Dois-je augmenter mes compétences ? Dois-je me former ?

Il y a beaucoup de questions à se poser avant de commencer; des questions différentes pour chaque projet. Et même si on n’a pas tout ce qu’il faut, c’est très simple à avoir… Un peu de réflexion, et c’est vite arrangé. 

Soyez clair.e dans votre tête. Les étapes d’un projet se passeront rarement comme vous l’imaginez, mais n’oubliez jamais une chose : on n’abandonne pas ! Car il est fort probable que votre projet évolue et se transforme avec le temps.

Vous aurez des hauts et des bas, des coups de blues; beaucoup de remise en question, et l’envie de tout balancer par la fenêtre. Mais rassurez-vous: c’est le chemin standard. 

On peut prévoir pas mal de choses; néanmoins, on oublie aussi de nombreux paramètres. On va devoir les ajouter et augmenter la « montagne de travail » que l’on a sur les épaules: pression, stress s’en suivent… Que du bonheur, je sais.

Donc si vous pouviez mettre des œillères, une visière opaque et ne pas regarder cette montage vertigineuse, faites-le ! Tout sera ainsi plus simple à affronter.

Un projet n’a jamais de fin réelle: il est en perpétuelle évolution. Le point positif, c’est qu’avec le temps, vous ne serez plus seul.e. Des prestataires, des associé.e.s, des salarié.e.s, un cerveau collectif ou autre. On peut alors commencer à lâcher du leste !

On commence à l’organiser, ce projet ? 

C’est le grand saut ! Et ça fait peur, je sais ! Il faut alors rentrer dans le concret: pas d’excuse pour repousser cela, pas de peur, pas de croyances limitantes. Tout cela doit rester au placard ! Au revoir zone de confort douillette !

C’est nouveau, c’est stressant, c’est peut-être quelque chose que vous ne connaissez pas, mais il faut essayer. C’est mieux d’y aller la peur au ventre qu’avoir des regrets sur son lit de mort, car « on a eu la frousse de ne pas être capable de faire quelque chose que l’on n’a même pas essayé de commencer. »

La méthode des petits pas 

C’est une méthode que j’affectionne parce qu’elle est douce, bienveillante, et qu’elle engendre moins de stress. Elle vous fera avancer; et avancer, c’est l’objectif ! 

Un exemple simple est celui de l’apprentissage d’une langue étrangère. Il vaut effectivement mieux apprendre l’anglais 10 minutes par jour qu’une fois 1 heure par semaine. 

La méthode des petits pas, c’est donc découper un « gros projet » en plus petites étapes afin d’atteindre son but.

Comme tout à chacun, vous serez très exigeant.e avec vous même, vous voudrez des résultats spectaculaires comme si vous aviez des années d’expérience, vous voudrez être riche dès le premier jour que votre projet explose en 3 mois… Moi aussi !

En vérité… non. Juste non. Ça vous décourage ? Tatatata ! Pas de pression. On respire par tous les orifices.

Mais en vérité, en voulant faire trop d’un coup, vous allez être découragé.e, submergé.e, tremblant de peur au fond de votre lit, à vous traiter d’incapable. C’est faux, arrêtez donc de vous prendre au sérieux ! Certes, vous voulez bâtir des miracles rapidement… C’est possible, on peut toujours regarder la biographie d’Henry Ford, vous relativiserez.. Mais il n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Projet en cours de création !

On organise tout ça. On écrit le titre de notre projet dans une grande police (après avoir mis son téléphone en mode avion dans une autre pièce bien sûr, pour être sur de ne pas être distrait). 

Et là, on y va; on met à plat ce qu’on veut faire. Le projet de « façon générale ». La première version. Un peu bancale, pas parfaite sur le brouillon; mais faite avec amour et convictions. 

Mais n’oubliez pas que, comme je l’ai déjà dit: les gens croiront en vous avant de croire en votre projet ! 

Comment dois-je m’organiser ? 

Déjà, je fais redescendre la pression que je me mets. C’est une étape importante.

Je prends ensuite mon super bullet-journal (votre agenda quoi !), puis je me donne des objectifs pour le mois qui vient. J’y écris trois grands axes, et je les découpe ensuite à la semaine. 

En plus de cela, je m’octroie du retard; car je me donne toujours trop à faire (je suis un très bon bourreau avec moi-même: j’aime me flageller le cerveau) et qu’il y a toujours environ 10% d’emmerdes qui vont me tomber sur le nez. Typiquement, les paramètres que j’ai oubliés (vous vous en rappelez? Ceux dont je vous parlais tout à l’heure).

Il est aussi également de savoir si vous êtes monotâche ou multitâche. Et, à défaut de vous contredire, non: les monotâches ne sont pas que des hommes, et les multitâches ne sont pas que  des femmes. 

Quelles sont les plages horaires où vous êtes le/la plus performant/e? Le matin, le soir? Entre 11h et 12h? Toutes ces questions sont à se poser en amont.

En plus de cela, il est nécessaire de vous mettre des temps de pauses: sport, balades, amis… Ne devenez pas un.e ermite, car c’est contre-productif et vous allez en devenir zinzin. 

De mes trois grands axes, il en découle beaucoup de choses à faire. Par jour, je me donne donc deux ou trois tâches à réaliser. Je  pourrais me permettre d’en mettre plus selon mon planning, mais je ne préfère pas être trop gourmande. Certaines tâches peuvent vous prendre 3h, alors faites très attention à la quantité que vous vous imposez. 

Et puis après tout, si vous n’avez pas fini, ce n’est pas grave; vous continuerez le lendemain. Le principal, c’est d’avoir fait quelque chose et d’avoir avancé !

Et vous, quelle est votre méthode? Comment avancent vos projets? Le chemin est long, la mer n’est pas calme; mais il n’y a pas de petit investissement.

Soyez audacieux, ne vous laissez pas submerger !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 comments on “L’organisation, amie ou ennemie ?

  1. J’adore ton style 👍🏻 ! Et tu as été super complète dans cet article 😱. La bonne manière de s’organiser et … de le faire 🙂 sachant que de toute façon cela évoluera dans le temps 👍🏻.

    • Priscilla Fév 7, 2019

      Merci Eric pour ton retour et ton soutien. J’avoue que ces temps ci je l’ai encore évoluer, je fais des “TO DO LIST” un extrême… je coupe encore les petits points en sous points…

  2. Bravo winneuse , bien expliqué content que tu as trouvé ta raison d’être et de pouvoir apporter et de contribuer sur des sujets importants qui aideront les gens à grandir et avancer dans leurs vies . Toute mes félicitations et bravo yes yes yes

    • Priscilla Fév 12, 2019

      Merci beaucoup ! Je ne compte pas m’arrêter là ! Le reste est à venir 😀