Si, nous entreprenions ensemble ?

29 janvier 2019

« Quoique tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie » Goethe

Hey les audacieux !

Je suis persuadée que nous sommes très nombreux.ses à avoir remis en question notre job actuel. Ne me dites pas que je mens, j’en suis quasiment sûre.
En effet, d’après une étude de “l’institut Think pour la Fabrique Spinoza”, seulement 23% des actifs sont très satisfaits de leur travail. Ce n’est pas grand chose… mais que font les autres ?

Alors dites-moi tout : où en êtes-vous ?

Si vous êtes dans les chanceux.euses – oui, on peut dire ça au vu des chiffres – à avoir trouvé votre voie et un travail gratifiant, c’est formidable. Et puis les autres… Qu’est-ce qui se passe ?

Ne serait-il pas temps d’en parler sérieusement ?

Vous devez souvent vous dire : « Je ne suis pas fait.e pour travailler » – j’ai entendu cette phrase des milliards de fois. Je comprends, et je pense la même chose. Qui l’est ? Malheureusement, on vit dans un système ou vous donne de votre temps contre de l’argent. Et dans 80% des cas vous ne déterminez pas votre valeur. Génial. Nous pouvons, peut-être faire passer la pilule autrement, vous ne pensez pas ?

Les autres phrases classiques :

  • « Suis-je fait.e pour ce travail ?»
  • « Ai-je envie de me lever pour y aller ? »
  • « J’ai envie de me mettre en arrêt maladie. »
  • « J-79 avant les vacances… »
  • « J’ai envie qu’il me vire… quelle faute grave pourrais-je faire ? »
  • « Oh non… mon réveil sonne dans 4h. ».
  • Etc (pour tous vos autres exemples personnels)

Les pires questions sont celles qui nous trottent dans la tête avant d’aller se coucher… Qui nous emmène généralement vers de jolies insomnies.

Toutefois, il n’y a rien de pire que de s’endormir déçu.e de devoir se lever le lendemain.  Sachez qu’on se réveille dans le même état que l’on se couche. Alors ne vous couchez ni déprimé.e, ni énervé.e. L’idéale est de se coucher avec l’envie d’accomplir une nouvelle journée avec hâte. C’est très utopique je vous l’accorde car en vérité, ces 80% de personnes se lèvent en ravalant leur vomi. 

Il y a donc deux solutions :

  • Soit, vous continuez sur cette lancée avec une boîte de prozac, deux rendez-vous avec un psy par semaine et des arrêts maladie à gogo. Tout en fonçant droit dans un mur avec un énorme panneau lumineux « burn out ».
  • Soit, il faut se prendre en mains. L’option numéro 1 est de savoir pourquoi ça ne va pas : un manque de reconnaissance, de l’ennui, l’ambiance générale, des collègues embêtants ? Tant de possibilités !

Parfois il faut juste en parler avec son responsable pour trouver des solutions, car la communication peut résoudre pas mal de problèmes.
Attendez, j’ai une autre idée… l’option numéro 2 : entreprenez ! Non ? Vous n’y avez jamais pensé ? Je ne vous crois pas.

Lancez-vous dans le projet dont vous avez toujours rêvé !

Doit-on attendre « que les choses soient plus simples ou plus faciles » ? FAUX ! Mauvaise réponse !
Alors, c’est quoi le plan d’action ? Quoi ! Il y en a pas ?!
Eh bien, s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème !

Si vous êtes épuisé.e, déprimé.e, avec un manque de motivation… arrêtez de vous mentir. Allons de l’avant ensemble !
Le point positif, c’est qu’il existe un milliard de solutions.
Ouvrez vos yeux et vos oreilles, tout est à votre portée ! La seule chose à faire est le premier pas ! Quel pas ? Le pas qui réduit la distance entre les problèmes et les solutions !

Arrêtez les excuses !

Vous avez longtemps repoussé l’idée d’entreprendre ?  Avez vous déjà trouvé mille excuses pour rester dans vos petits chaussons de ciment très inconfortables ? Mais plus confortables qu’affronter la peur, le regard ou le jugement des autres ?
N’en avez-vous pas marre de vous coucher et de vous réveiller fatigué.e ? De porter ce faux sourire au travail ?

Stop à l’autosabotage

90% des gens n’ont pas confiance en eux, alors soyez dans les 10%. Soyez toujours dans les 10%.
Ne cédez pas aux saboteurs, vous les traînez comme s’ils étaient indispensables à votre développement.
En fait, ils ne servent à rien, hormis vous ralentir. Ils sont en vous, ils vous empoisonnent l’esprit, ils se jouent de vous. Ils ne sont qu’une représentation de vos peurs. Je vous invite à les reconnaître, les analyser, les comprendre et leur dire « Adieu ».

Rassurez-vous, il n’y a pas de « mauvais choix ». D’ailleurs qu’est-ce qu’un mauvais choix ? Un choix est propre à chacun. On fait rarement les mêmes, voilà pourquoi nous avons tous des vies différentes. Il est important de faire des choix qui raisonnent en nous pour construire notre avenir, comme on le désire. Il faut faire ses choix avec l’instinct et avec le cœur. Il n’y aura jamais de retombées négatives. C’est toujours le regard qu’on lui donne qui le rend « bon ou mauvais ». La synchronicité est là, à chaque instant, dans chacun de vos choix, à chacun de vos pas. La vie fait toujours les bonnes choses.

Vous êtes capable d’entreprendre !

La définition d’entreprendre est large, vous pouvez entreprendre sans créer une entreprise. Juste entreprendre. Faire quelque chose qui vous plait.
Aujourd’hui, vous pouvez entreprendre dans tout ; mais faites-le avec passion, pas que pour l’argent : ce n’est pas le meilleur moteur, et ce n’est pas un argument solide. Vous passeriez à côté de nombreuses opportunités.  Même si on dit qu’il ne faut pas juger la motivation de chacun : la fame, le fun ou la gloire, sachez que tout mettra du temps. Si vous nourrissez ça avec de la patience, vous pourrez vous en sortir.

La passion vous ouvrira toutes les portes, car vous le ferez avec le cœur. L’argent viendra quoiqu’il arrive, car les gens verront en vous le potentiel. Sachez que les gens croient en vous avant de croire en votre projet !

Croyez donc en vous, peu importe ! Si vous voulez faire quelque chose qui vous rend heureux, si vous en ressentez cette flamme, foncez ! Les années filent, le temps passe trop vite et les regrets enterrons vos nuits.
Ne regrettez rien, même les échecs ; car les échecs seront toujours plus  positifs qu’on le pense et nécessaires pour évoluer. Il n’y a pas de réussite sans échec, mais il y a des échecs qui laissent des gens à terre. Alors, n’en faites pas partie.
Relevez-vous à chaque fois, n’ayez pas peur de tomber, de recommencer, de repartir à zéro, d’y laisser du temps, de l’argent et de l’énergie. N’ayez pas peur que ça ne marche pas, car dans tous les cas, vous apprendrez beaucoup de choses. Le principal c’est de toujours se relever et de continuer.

Soyez audacieux, entreprenez.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 comments on “Si, nous entreprenions ensemble ?

  1. Excellent article 👍🏻. J’avais moi aussi lu une étude similaire où il était démontré que 9 personnes sur 10 envisagent de changer de métier, … ou l’on déjà fait ! J’avais, à une époque pas si lointaine, toujours pensé que c’était le contraire, vu la faible proportion de personnes à sauter le pas … Alors que c’est juste la peur de l’inconnu. Vous pouvez le faire alors foncez 👍🏻.

    • Priscilla Fév 7, 2019

      Merci Eric 😉 Merci pour ce tout premier commentaire sur mon blog 😀 C’est dur de quitte de son travail, car il faut sortir de sa zone de confort, se lancer dans l’inconnu, etc. Entre ceux qui envisagent et ceux qui le font, il y a souvent un pourcentage en baisse… sur les neuf, combien le font vraiment ? Je souhaite du courage à tous, et surtout je souhaite à chacun de suivre ses rêves.