C’est quand que vous lâchez prise ?

23 avril 2019

« Si on vous demande de lâcher prise, ce n’est pas pour que vous tombiez, mais pour que vous décolliez » Christine Pichon

Hey les Audacieux,

Aujourd’hui 9 h, un ami m’a confié que malgré ses vacances, il n’arrive pas à lâcher prise sur son projet. Il y pense tout le temps. 

Aaaah mon pote, c’est la dure loi du manque de lâcher prise. La douce histoire du cerveau que l’on n’arrive pas à mettre sur « OFF ». Il tourne en permanence, jusqu’à nous empêcher de dormir. On vit alors entre le « Je dois lâcher prise » et « Oh non, si je lâche prise, la terre ne va pas plus tourner dans le même sens. »

Le lâcher quoi ? C’est quoi le lâcher prise ? 

Si je devais l’expliquer de façon imagée, je parlerais d’abord de son opposé. Ce que l’on vit au quotidien : cette peur de lâcher prise et ce besoin de vouloir tout contrôler. 

Le manque de lâcher prise, c’est comme avancer avec une corde autour du cou. Elle nous étouffe de plus en plus à chaque pas. On ressent cette corde, elle se serre doucement sur notre gorge. Elle nous irrite, nous marque, nous écorche la peau, nous fait saigner et elle finit par nous étrangler.
Malgré la douleur de cette corde, on veut s’en sortir. On veut trouver la sortie. On lutte. Sauf que ce sera dans la douleur, les larmes et les cris. En effet, à un moment, vous manquerez d’oxygène. Vous n’arriverez plus à vous en sortir. Le manque de lâcher prise vous étouffera. Il a peut-être déjà commencé à vous mettre à genoux. 

Le lâcher prise, c’est comme cette corde, il faut arrêter de lutter contre elle. Il faut revenir dans l’instant présent et comprendre pourquoi elle est là. Comprendre comment nous en sommes arrivés là. 
En vous posant les bonnes questions, vous vous rendrez compte que vous êtes seul avec cette corde autour du cou. Personne ne vous a demandé de vous la mettre et d’avancer avec elle. Vous avez juste à respirer et comprendre la situation. Et après, vous vous demanderez même « Est-ce que cette corde était réelle ? ». Votre focus était peut-être mal réglé ? Peut-être faudrait-il remettre en question nos certitudes ?

Plus vous tirez, plus vous luttez, plus vous agripperez plus vous souffrirez. Lâchez. Lâchez cette corde invisible. Lâcher prise ce n’est pas se résigner, c’est accepter. 

Une simple question : c’est quand, qu’on arrête les conneries ? 

Je n’ai pas envie de vous mentir, j’ai du mal à lâcher prise. Des situations peuvent me pétrifier et voir même me stopper. On me dit gentiment « Priscilla, lâche prise ». Alors je me dis « Oui, il a raison, je vais lâcher prise pour mieux avancer ». 

D’autres fois, quand j’entends « Priscilla, lâche prise », ça m’énerve ! Je voudrais hurler « TAIS-TOI ! ». Car ce n’est pas toujours si simple. 
Nous avons un système de croyances, notre propre expérience, nos peurs et notre égo. Lâcher prise, c’est remettre beaucoup de choses en question. Comme nous sommes le meilleur des plus infâmes bourreaux du monde, notre bienveillance est souvent mise à mal. 
De plus, la société alimente des injonctions qui ne nous rendent pas heureux. 
Néanmoins, lâcher prise nous permet d’être bienveillant avec soi-même.

Lâcher prise ce n’est pas laisser tomber et voilà « j’ai lâché prise. » C’est plus spirituel. Cet article ne va pas être comme tous les autres. On lui laissera une part de fantasme et de magie. Certains y verront une part d’irréel et certains se perdront dans mes dires. Pourquoi pas, exceptionnellement, changer un peu de registre ? Laissons-nous regarder un instant le monde différemment.

Le lâcher prise et la spiritualité.

Restons un court instant dans la réalité, la plupart des personnes ne sont pas heureuses sur cette planète. Nous sommes dans un monde où l’on nous apprend à tout maitriser, mais on ne sait pas regarder en nous. Dans notre propre intérieur, au-delà de notre corps qui n’est qu’un vaisseau qu’on doit choyer.

On ne laisse pas la lumière entrer en nous. On ne nous apprend pas que notre puissance vient par le lâcher prise. Oui, il nous arrive de juger, d’être médisant ou envieux. Oui, il peut nous arriver de mentir ou d’être anxieux. Nous sommes humains.

Parfois, nous disons que c’est la faute de ci ou ça. Sachez que nous ne sommes pas les victimes des autres, la solution est en nous. 
Oui, il y a un Millard de problèmes, mais on oublie que la vie est un jeu. Nous avons créé ce jeu. En étant là, ici être vivant locataire de la terre, nous avons accepté les règles. 

Oui, il est compliqué d’accepter que l’on ait tout créé, nous sommes maîtres de nos choix et tout a un sens. Si vous déroulez votre vie, vous vous rendrez compte d’une chose incroyable, chaque pièce du passé s’imbrique l’une dans l’autre pour se transformer en un grand puzzle qui vous représente vous et votre présent. En fait, nous sommes des créateurs. 

Ne serait-il pas bon de revenir à soi et de s’occuper de nous ? De s’aimer ? Si je me prends comme exemple, j’ai ma coquille, mon armure, mon scaphandre, comme beaucoup. Car j’ai peur, j’ai notamment peur des sentiments. Je suis incapable de dire à quelqu’un que je l’apprécie vraiment, alors le prendre dans mes bras, c’est impensable. Si je dis à mes ami.e.s que je les aime, c’est soit je suis euphorique, soit je suis complètement bourrée. Le pire, pendant des années, je me suis interdit de pleurer.

Ainsi, j’ai lutté corps et âme contre mes propres sentiments. Je les avais mis dans une boite que j’avais enterrée au fond de moi. Mais sommes-nous plus heureux en rognant une part de nous-même ? N’est-ce pas encore plus de souffrance ? 

Le lâcher prise et les émotions 

Etes-vous indulgent avec vous-même ? Commençons par là. 

On va commencer tous ensemble, oui toi aussi derrière ton écran, j’entends ton « non intérieur » raisonner. Laissez tomber les armes, les couteaux, l’armure et les protèges tibias. On va s’en libérer en acceptant de vivre avec ses émotions. Vous êtes ce que vous êtes et vous faites de votre mieux. 
On se bat et nous voulons tout contrôler alors qu’en laissant vivre nos émotions en nous, cela nous rendrait bien plus heureux et connectés à la vie. 

La maîtrise du lâcher prise réside dans le fait de s’accepter comme nous sommes, avec nos fragilités. On ne maîtrise pas tout autour de nous, donc faites de votre mieux. Lorsqu’il y a un problème, prenez du recul, ne restez pas la face collée dessus à regarder le problème. Mettez-vous au-dessus de la mêlée et observez. Oui, il y a des choses autour du problème comme la vie, des solutions, des autres chemins, des contournements, des plans A-B-C-D-Z. Donc ne restez pas obnubilés par lui. En vrai, un problème ou une situation qui vous obsède prend la place que vous lui donnez. 

Des astuces pour lâcher prise ?

Commencez par vous dire :

« Nous sommes tous là, au bon moment, pour faire les bonnes choses, avec les bonnes personnes. »
« Arrêtez de lutter contre un système, changez notre vision. »
« Prenez du recul sur certaines situations. »
« Identifiez ce que vous vivez pour vous en libérer. »
« Acceptez-vous comme vous êtes. » 

Des activités :

  • Tenir un journal
  • S’écrire des lettres d’amour et de gratitude
  • Méditer 10 min par jour
  • Faire du sport 
  • Se reconnecter avec le moment présent juste en disant la phrase « Je suis dans le moment présent »
  • Le signe du Namasté pour réaligner les énergies. 
  • Etc..

Il existe un tas de possibilités pour lâcher prise, mais la meilleure reste : aimez-vous. Je ne parle pas narcissiquement, pas la personne que vous voyez dans le miroir, mais la personne aux manettes. Aimez-vous et surtout respectez-vous.

Soyez Audacieux, et surtout, n’oubliez jamais, vous êtes une très belle personne. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 comments on “C’est quand que vous lâchez prise ?

  1. Pendant longtemps je croyais que lâcher-prise c’était abandonner ses rêves ou renoncer à son authenticité. Et heureusement je me trompais. En fait, c’est même le contraire 😁. C’est être pleinement soi-même dans sa force comme dans sa vulnérabilité 👍🏻. S’écouter, s’accepter, s’apprécier. Bravo pour cet article Priscilla !

    • Priscilla Mai 7, 2019

      Merci Eric, lâcher prise, le grand débat, le sujet complexe, mais indispensable pour réussir à vivre librement et sereinement !